Rhum de la Martinique

Il y a 13 produits.

Depuis 1996, les rhums agricoles de la Martinique bénéficient d’une AOC, reconnaissance de leur authenticité et de...

Plus

Sous-catégories

  • Les rhums Clément

    Homère Clément, est né le 12 juillet 1852 à Saint-Pierre Lorsque Homère Clément achète l’Habitation Acajou, le lot comprend une maison d’habitation et ses dépendances L’entreprise rencontre des difficultés à la fin des années 1980 qui l’empêche de poursuivre ses activités industrielles. Elle est rachetée à la famille Clément par le Groupe Bernard Hayot en 1986. Elle prend alors le nom « Habitation Clément » en hommage à cette famille qui pendant cent ans lui a donné ses lettres de noblesses.Une première campagne de restauration de la maison est effectuée en 1988. Les trois chambres du rez-de-chaussée sont transformées en une grande salle à manger à l’occasion du sommet franco-américain de 1991. Une campagne de restauration majeure est entreprise entre septembre 2002 et avril 2003 et lui redonne son aspect du 19ème siècle.

  • Les rhums HSE

    Saint-Étienne fut édifiée sur les bases de « La Maugée », une sucrerie dont les terres s’étendaient au début du XIXème siècle sur plus de 400 hectares, du Gros-Morne à Saint-Joseph. L’ensemble architectural, constitué par la maison de maître, dominant la distillerie et les anciennes cases de travailleurs, témoigne du système d’habitation propre à la Martinique.En 1882, Saint-Étienne est rachetée par Amédée Aubéry, un jeune capitaine d’industrie qui deviendra l’une des figures emblématiques de l’économie martiniquaise. Il transforme la sucrerie en distillerie agricole et se lance dans la modernisation des infrastructures. Il agrandit l’usine et la dote d’une magnifique façade rythmée par 28 fenêtres aux arcs cintrés qui assurent une ventilation optimale au bâtiment. Des voies ferrées sont installées sur le site de la distillerie : des animaux de trait tirent des wagonnets qui transportent les cannes à sucre. L’énergie hydraulique est fournie par la rivière Lézarde grâce à un canal empierré qui traverse le jardin créole.En 1909, la propriété passe aux mains de la famille Simonnet, qui développera l’activité de la distillerie jusqu’à son déclin à la fin des années 80.Le domaine est racheté en 1994 par Yves et José Hayot qui relancent la marque Saint-Étienne et entreprennent la restauration et la valorisation du patrimoine architectural de l’habitation. Désormais inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques, la distillerie est l’un des derniers et plus beaux témoins de la maîtrise et de l’esthétique de l’architecture industrielle de la fin du XIXème siècle en Martinique. Sa restauration est en cours d’achèvement.“Un siècle de belles paroles flotte autour de l’habitation Saint-Étienne... Des secrets flottent aussi. Une boule de secrets qui raccorde 1883 au jour d’aujourd’hui. En fait, c’est une addition de petits secrets, un vieux savoir, un vrai savoir, que seuls possèdent les sarcleurs de ces terres.Bien sûr, on pourrait évoquer la terre sans pareille du Gros-Morne. Ou le soleil qui se lève sur la rivière Lézarde, dont le chant traverse le domaine, du Bassin Zoumba au Bassin Désir et du Bassin Fourchette jusqu’au Bassin Tambi.Mais c’est avant tout le père Simonnet avec sa montre en or ; ou Zolbè le coupeur de cannes. C’est Théolomène le séancier, qui travaillait aux engrais, et Colocomède l’ours mamé, le bon maçon, qui avait construit la cheminée en ciment armé de Saint-Étienne comme une palme de victoire au-dessus des mornes.Il y eut aussi Man Amélya Sérénisse, qui travailla toute sa vie au nettoyage des cuves puis à la mise en bouteille ; Pè DèDè, qui conduisait la charette-trabot dont les grandes roues provenaient de France ; et Isidore Adélodaine, l’ababa qui s’occupait du jardin. Le peuple de Saint-Étienne se retrouvait comme ça à travers les âges, autour des premières gouttes qui transpiraient dans un baquet en cuivre.Légendes, secrets, mille belles paroles... il y a là un siècle de vies, de patience, de travail et d’intelligence. Ce rhum, ce nectar sur lequel les distillateurs pleurent de rage respectueuse dans toute la Caraïbe, oui, c’est nous qui l’avons fait.”D’après “Elmire des sept bonheurs” - Patrick Chamoiseau (Gallimard 1998)

  • Les rhums JM

    C’est en 1790, qu’Antoine Leroux-Préville acquiert l'habitation Bellevue et lui donne son nom actuel de Fonds-Préville. En 1845, ses filles, cèdent la propriété à Jean-Marie Martin, négociant à Saint-Pierre et époux de Marie Ferment, fille d’un grand planteur de l’île. Jean-Marie Martin décide alors de transformer la sucrerie en Rhumerie selon les techniques du «Père Labat». Il appose ses initiales «J.M.» sur les barriques de chêne, deux lettres restées l’emblème de la qualité.En 1914, Gustave Crassous de Médeuil, déjà propriétaire de l’habitation Bellevue, acquiert Fonds-Préville des mains de son frère Ernest. Depuis cette date, la Rhumerie de Fonds-Préville forme une seule entité avec l’Habitation Bellevue. Située au pied de la Montagne Pelée, cette exploitation est encore aujourd’hui une propriété agricole familiale appartenant aux Héritiers Crassous de Médeuil.

  • Les rhums Neisson

    Une grande tradition...Depuis sa création en 1931, la distillerie NEISSON a su préserver dans la plus pure tradition martiniquaise les composantes d’un rhum aux parfums et au goût inégalables. Conditionnés dans une bouteille aux formes généreuses, raisonnables entre toutes : “Zépol Karé” comme disent les amateurs, nos rhums sont le fruit d’un savoir-faire sans cesse renouvelé depuis les champs de canne jusqu’aux chais de vieillissement.La distillerie NEISSON produit des rhums agricoles qui bénéficient de l’appellation d’Origine Controlée Rhum Agricole Martinique. Un rhum agricole est issu de la distillation du jus de sucre de canne par opposition aux rhums industriels qui proviennent de la distillation de la mélasse (résidu de la production du sucre de canne). L’activité de la distillerie correspond à la période de récolte de la canne à sucre qui se déroule généralement de fin février à fin juin. Le reste du temps, l’outil de production est entretenu, remis en état, afin qu’il soit pleinement opérationnel pendant la “récolte”.Qui a su rester familialeLa distillerie est aujourd’hui gérée par la fille et le petit fils de Hildevert-Pamphille Neisson, fondateur de la distillerie. Cette petite usine peut se targuer aujourd’hui d’avoir su préserver son indépendance comme on préserve un trésor fragile, à une époque où la plupart des distilleries sont absorbées par des grands groupes. Ainsi, la distillerie Neisson reste une référence incontournable en termes de qualité, d’authenticité, et de place unique dans le cœur de ses fidèles consommateurs : un rhum Antan Lontan."Une volonté de vouloir rester à échelle humaine, alliée à une recherche d’excellence, sont selon nous la seule garantie d’offrir un produit rare, et que la tradition familiale puisse perdurer."Grâce à cette exigence, la notoriété des Rhum Neisson ne cesse de grandir à l’étranger, et les récompenses se font de plus en plus nombreuses.

  • Les rhums Saint James

    À la fin du XIXème siècle, en pleine euphorie du rhum à Saint-Pierre, Paulin Lambert — un négociant marseillais — dépose la marque Saint-James et conçoit la célèbre bouteille carrée à fond plat. Il rachète bon nombre d’habitations, dont Trou Vaillant, et produit, à l’aube de la deuxième guerre mondiale, jusqu’à deux millions de litres de rhum par an. Ayant compris l’impact de la publicité, il entreprend une ambitieuse campagne de communication. La réussite des rhums Saint-James est très rapide et leur notoriété ne sera jamais démentie.Dans les années soixante, la famille Lambert cède ses parts au Groupe Cointreau. L’élaboration des rhums Saint-James est alors regroupée à Sainte-Marie, sur la côte nord atlantique. Aujourd'hui, avec ses six colonnes à distiller, ses champs de cannes à sucre qui entourent la distillerie , les chais de vieillissement et le musée du rhum Saint-James, le domaine est l'un des pôles majeurs de la production de la Martinique. Jean-Claude Benoît, son directeur général depuis 1984, a signé sa reconnaissance avec l'obtention de l’A.O.C. Martinique.


produits par page

produits par page

Rechercher